Voy’âge à travers une valise culturelle

Du 15 janvier au 4 décembre 2018

Stimuler les sens des personnes âgées dépendantes est un des objectifs du projet national du groupe Emera. « Voy’âge à travers une valise culturelle » est une initiative impliquant 38 résidences médicalisées permettant aux seniors de (re)découvrir des régions de France grâce à une odeur, une photo, un son… car il n’y a pas d’âge pour voyager.

Chaque résidence gérée par le groupe Emera a reçu, en janvier, une valise vide. Lors de plusieurs ateliers, les résidents et le personnel « ont fait leur valise » en sélectionnant des objets représentant leur région pour la faire découvrir aux autres maisons de retraite.
Depuis le mois d’avril, une tournée des valises est organisée de manière à ce que chaque résidence reçoive 10 valises provenant de régions françaises différentes.

Chacune d’entre elles contient un petit carnet rouge en guise de « passeport ». Ainsi, lorsque les résidents reçoivent une valise, ils peuvent y écrire leurs commentaires individuels ou un petit mot collectif de remerciements. A la fin de la tournée des valises, les résidences recevront à nouveau leur valise et pourront ainsi découvrir les messages de l’ensemble des résidences ayant pu découvrir leur valise.

Des retours positifs

Favoriser les liens sociaux en fédérant les résidents et le personnel, créer une émulation entre tous et ouvrir les résidences vers l’extérieur sont les objectifs principaux de ce projet initié par les Responsables de Vie Sociale.

« Ce projet, suscitant de vives émotions, est une expérience très enrichissante pour les résidents et les salariés. Cette opération nationale met en valeur le patrimoine de nos régions et éveille les sens restants des résidents, y compris pour les personnes les plus dépendantes » souligne Nathalie Pillot Lejeune, Directrice Vie Sociale du groupe Emera. D’ailleurs, monsieur P, résident à la Résidence La Retraite à Angers, a confié que cette idée nous montrait bien qu’il n’y avait pas besoin d’aller bien loin pour voyager car notre pays possédait déjà de bien jolies choses à voir, à sentir, à manger…