06 août 2021

Perte du lien social, capacité d’expression diminuée… l’art-thérapie offre une solution douce et non médicamenteuse à de nombreux seniors en quête de bien-être. Céline Rivault, certifiée art-thérapeute, intervient depuis 8 ans au sein d’Ehpad. Elle revient sur son métier et les bienfaits de la médiation artistique.

Définie comme « L’exploitation du potentiel artistique à visée humanitaire et thérapeutique », l’art-thérapie se classe parmi les activités paramédicales. La peinture, la danse, le chant, le théâtre… l’art-thérapie peut être développée auprès des personnes isolées, à faible mobilité ou en situation de handicap. À travers l’expression artistique et le processus créatif, l’art-thérapeute va chercher à restaurer l’estime de soi fragilisée, encourager la spontanéité et le lâcher-prise ainsi que l’expression des émotions. Cette thérapie douce est un soin de support qui a avant tout recours au plaisir

La médiation artistique se développe de plus en plus dans les Ehpad, à qui s’adresse-t-elle plus particulièrement ?

Céline Rivault : L’art-thérapie s’adresse aux personnes ayant des difficultés d’expression et de relation. Bien souvent, c’est auprès des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés, que des ateliers vont être organisés. Elle s’adresse aussi aux résidents isolés, déprimés, qui ne participent pas ou peu à la vie de la structure. L’art-thérapie peut aussi être utile aux personnes qui arrivent en Ehpad pour les aider à traverser la phase de transition. En effet, le changement de domicile et la vie en collectivité ne sont pas toujours faciles à vivre.

Quelles sont les bénéfices de l’art-thérapie pour les personnes atteintes de troubles cognitifs ?

C.R.: La personne âgée a très souvent une faible estime d’elle-même. Elle n’est plus aussi active qu’avant, et voit ses capacités motrices et cognitives diminuer. Quand la maladie est très avancée, le résident ne s’ancre plus du tout dans le présent et n’a pas envie d’agir. Lorsque que la personne âgée vient à l’atelier, elle sort de son isolement. La personne désorientée retrouve des gestes, des attitudes, s’exprime à nouveau. Au fur et à mesure de l’accompagnement, elle reprend confiance en elle et redécouvre l’envie de faire et surtout d’exister.

Avec l’art-thérapie, ce qui est intéressant ce n’est pas l’œuvre finale mais l’expérience. On travaille la mémoire émotionnelle et on fait appel à la créativité. On génère des émotions ! L’art-thérapie favorise l’expression, le contact et améliore globalement la qualité de vie car la personne se sent capable d’utiliser ses capacités restantes.

En revanche, il faut avoir conscience que l’art-thérapie ne remplace pas les soins médicamenteux, elle est un soin complémentaire. Par exemple, si la personne va mieux physiquement et moralement, cela peut entraîner une diminution des antidouleurs. La personne sera en meilleure forme plus longtemps.

Quel est le rôle des soignants dans le cadre de l’art-thérapie ?

C.R.: Dans la plupart des cas, c’est l’équipe soignante qui va m’orienter vers les patients car elle aura perçu un mal-être. Ensemble, nous faisons des bilans sur les prises en charge avec une équipe pluridisciplinaire (l’ergothérapeute, l’animatrice, la direction, etc.) : quelle prise en charge continuer ou arrêter ? Quels sont les bénéfices pour telle personne ? Mon but est aussi d’apporter un regard neutre sur les résidents en Ehpad. Souvent les soignants, qui suivent les personnes âgées depuis des années, perçoivent les évolutions et sont surpris de voir ce que leurs patients sont capables de faire grâce à la médiation artistique.

Equipe soignante - Maison de Retraite - Emera

Les personnes âgées peuvent avoir des capacités diminuées, quelles formes d’art peut-on alors utiliser ?

C.R.: J’utilise un panel d’outils très large auprès des personnes âgées, en commençant par les arts plastiques. La peinture va permettre à la personne de s’exprimer non pas par les mots qui sont difficiles à sortir, mais pas les couleurs, les formes. J’ai aussi de plus en plus recours à l’expression corporelle comme la danse, le chant et la manipulation d’un instrument de musique. C’est ce qui fonctionne le mieux pour le public âgé avec des capacités limitées. Par exemple, j’ai accompagné une femme, qui ne parlait plus et n’était plus en relation avec son entourage. Elle s’exprimait uniquement grâce à la musique : elle se mettait à chanter, taper des pieds et des mains… et retrouvait de la vitalité. À ce moment-là, la relation avec les autres personnes était à nouveau possible.

Comment savoir quelle forme d’art correspond à chaque personne ?

C.R.: Bien souvent, il faut dans un premier temps faire face à un refus de la part de la personne âgée quant à l’art-thérapie. Le mot « thérapie » fait peur alors je parle plutôt d’atelier « d’expression ». Mais il faut persévérer. On va d’abord chercher ce que la personne aime, observer ses sensibilités sensorielles et développer ses potentiels. Il est important que la personne âgée soit dans une démarche volontaire. Finalement, on cherche ce qui va ranimer l’énergie qu’ils ont encore en eux grâce aux pouvoirs expressif et relationnel de l’art. Et la maladie avançant, j’adapte mes outils artistiques. En effet, il est possible d’accompagner la personne jusqu’au bout (autre moyen d’expression, séances courtes, en chambre…).

Au sein de l’Ehpad, comment se déroulent les ateliers d’art-thérapie ?

C.R.: Un atelier peut varier de dix minutes à une heure selon les capacités et la concentration de chacun. Ils peuvent avoir lieu en groupe jusqu’à quatre personnes, dans un espace aménagé au sein de l’Ehpad, ou bien en individuel, en atelier ou dans la chambre de la personne âgée. Nous envisageons ce second cas lorsque les personnes souffrent d’un fort trouble cognitif ou lorsqu’elles sont tout simplement réticentes aux ateliers en groupe. On évite alors toute situation anxiogène. Les ateliers sont dans tous les cas personnalisés et il n’est pas nécessaire d’avoir des compétences artistiques. Certaines personnes peuvent peindre en toute autonomie, quand d’autres n’en auront jamais fait. L’objectif est de les guider afin qu’elles parviennent à tout faire par elles-mêmes et à s’exprimer.

Pour en savoir plus sur les activités mises en place au sein des Ehpad Emera, retrouvez plus d’informations ici !

Exemple de mise en place d’ateliers d’art thérapie à l’Ehpad Emeraudes Chauvigny.

Partager sur les réseaux sociaux

Recevoir la newsletter Emera


Sexualité des seniors : le désir n’a pas d’âge

09/09/2021

Contrairement aux idées reçues, la vie sexuelle et le désir de l’autre ne s’arrêtent pas à un certain âge. À condition de savoir s’adapter aux évolutions du corps et de l’esprit...

En savoir plus

Les veillées douces : une thérapie non-médicamenteuse pour lutter contre les troubles du sommeil

19/08/2021 Nos actualités

La résidence Emeraudes Angoulême a mis en place les veillées douces pour lutter contre les troubles du sommeil et à favoriser l’endormissement.

En savoir plus

Jean-Pascal Douissard : "redonner du mouvement, c'est redonner la vie"

12/07/2021 Au coeur de notre métier Nos actualités

Retrouvez en video l'interview de Jean-Pascal Douissard, kinésithérapeute depuis 10 ans au sein de l'EHPAD Eléonore.

En savoir plus

8 conseils pour préparer au mieux l’entrée de votre proche en EHPAD

06/07/2021 Nos conseils pratiques

Stéphane Marache, directeur de l’Ehpad Emera Éléonore, partage ses conseils pour bien préparer l'entrée en Ehpad de son proche.

En savoir plus

Soulager et apaiser : deux priorités pour accompagner la fin de vie en EHPAD

24/06/2021 Au coeur de notre métier

Interview croisée de Caroline Garbaye, psychologue  et Fabien Cazenave, psychomotricien sur l'accompagnement de la fin de vie en ehpad.

En savoir plus

La médiation animale en EHPAD : une méthode qui fait ses preuves

22/06/2021 Au coeur de notre métier

La médiation animale a pour but d’améliorer le quotidien de nos résidents. Retour d’expérience avec les témoignages de Responsables de la Vie Sociale et d’une intervenante extérieure.

En savoir plus