27 octobre 2021

La dénutrition touche particulièrement les seniors. Perte d’appétit, plats inadaptés, solitude ou fatigue sont autant de facteurs qui favorisent cette maladie silencieuse aux conséquences sérieuses. Camille Le Quéré, médecin nutritionniste, donne son éclairage sur le sujet.

Camille Le Quéré, médecin nutrionniste

En France, plus de deux millions de personnes sont dénutries. Parmi elles, environ 400 000 personnes âgées vivant à domicile et 270 000 en Ehpad*. Soit près d’un tiers des résidents en maison de retraite. La dénutrition est un phénomène fréquent, et les effets de la crise sanitaire n’ont probablement pas arrangé la situation.

Mais de quoi parle-t-on ? « La dénutrition survient lorsque l’alimentation est insuffisante pour couvrir les besoins nutritionnels, répond le docteur Camille Le Quéré, nutritionniste. Contrairement aux idées reçues, les personnes âgées ont des besoins protéino-énergétiques supérieurs aux jeunes et aux adultes. Mais ils ont moins d’appétit. La perte du goût et de l’odorat, les maladies, les troubles cognitifs, la dépression, les problèmes bucco-dentaires ou des régimes trop restrictifs – sans sel ni sucre – freinent l’envie de manger ». Concrètement, la dénutrition est diagnostiquée à partir d’une perte de poids supérieure à 5 % en un mois, 10 % en six mois, ou d’un IMC** inférieur à 21.

Loin d’être anecdotiques, ces kilos perdus affaiblissent l’organisme des personnes âgées et les rendent plus vulnérables. La dénutrition entraîne un ensemble de dysfonctionnements en cascade. Les risques de chutes et de fractures sont en hausse, les défenses immunitaires en baisse. C’est un premier pas vers la dépendance. « La prévention et la prise en charge de la dénutrition sont un véritable enjeu de santé publique », confirme la spécialiste.

Mieux identifier les signes de la dénutrition

Pourtant cette maladie silencieuse n’est pas toujours bien détectée. Elle passe parfois au second plan, derrière des pathologies aigües, plus visibles. Il subsiste aussi des difficultés à identifier les signes de la dénutrition chez des résidents déjà fragiles. La personne âgée peut ainsi se sentir fatiguée, mais c’est seulement quand la dénutrition devient sévère que d’autres signes apparaissent. « Dépistée de manière précoce, elle est plus simple à traiter. La surveillance régulière du poids est une mesure simple et efficace de dépistage de la dénutrition », rappelle la spécialiste.
Les gérontologues disposent également d’un test, le Mini Nutritional Assessment (MNA®), qui évalue les risques de dénutrition en fonction des habitudes alimentaires, du mode de vie et du degré d’autonomie. De façon plus informelle, des vêtements qui flottent, une alliance qui ne tient plus au doigt ou un plateau repas à peine entamé sont autant de signaux d’alerte. « Dans les Ehpad, un travail d’équipe allant de l’aide-soignante jusqu’au médecin, en passant par les aidants, facilite la prévention et la prise en charge de la dénutrition », poursuit le docteur
Le Quéré.

Bonnes initiatives en cuisine

Des gestes simples existent aussi pour réduire les risques de dénutrition. Pour Camille Le Quéré,
« il peut s’agir d’augmenter la fréquences des prises alimentaires pour atteindre quatre ou cinq repas par jour, grâce à des collations ». Autre exemple : enrichir l’alimentation avec des produits de base : lait concentré entier, beurre fondu, crème fraîche, pâtes, œufs, semoule, fruits ou encore des compléments alimentaires. « L’activité physique adaptée est également essentielle : alimenter une personne dénutrie ne suffit pas si l’on ne stimule pas le muscle ».  

En cuisine aussi, les bonnes initiatives se multiplient. Des chefs travaillent sur de nouveaux modes de présentation des plats pour redonner l’envie et le plaisir de manger aux anciens,  pour rendre les repas plus agréables. Le « manger mains » illustre également cette impérieuse nécessité de s’adapter aux convives. Cette manière de cuisiner permet en effet aux personnes qui souffrent de déficits cognitifs et ont des difficultés à manier les couverts de retrouver leur autonomie en se servant de leurs doigts pour manger.

Si des marges de progrès sont encore importantes, les mentalités évoluent. La preuve, avec la deuxième édition de la Semaine nationale de la dénutrition, du 12 au 20 novembre. Objectif ? Sensibiliser les citoyens comme les professionnels du soin et de l’accompagnement à propos des enjeux, des actions préventives et traitements de cette maladie. En 2020, quelques
3 000 événements avaient été organisés partout en France. Avec une ambition commune : agir ensemble contre la maladie.

En savoir plus : www.luttecontreladenutrition.fr

* Société Francophone Nutrition Clinique & Métabolisme (SFNEP)

** Indice de Masse Corporelle

Emera s’engage contre la dénutrition

Le groupe Emera participe pour la première fois à la Semaine nationale de la dénutrition, du 12 au 20 novembre prochain. À cette occasion, les directions de la Vie sociale, du Soin, de la Restauration et de l’Hôtellerie se mobilisent et lancent les ateliers « Péchés mignons ».
Le principe ? Dans plusieurs établissements, les Responsables de vie sociale s’engagent à faire déguster les péchés mignons aux résidents, c’est-à-dire leurs coups de cœur culinaires. Parfois, ce sont les chefs qui le leur cuisinent. Pour certains, il s’agit d’une touche de sucré avec des pâtisseries ou du chocolat. Pour d’autres, place au salé avec des plats qui leur rappellent un souvenir d’enfance ou les repas du dimanche, le tout dégusté devant une belle table préparée avec soin par les gouvernantes et leur équipe.

D’autres Ehpad ont quant à eux choisi d’installer des bars « thématiques » où chacun se sert à sa guise. Au menu, des bars à bonbons, à chocolat, à cocktails, etc. Ces animations, avec la collaboration entre les Responsables de vie sociale et l’équipe soignante, consistent à valoriser le plaisir de (bien) manger et à stimuler l’appétit. Il s’agit également de sensibiliser les résidents, les familles et les professionnels aux dangers de la dénutrition.

 

Diffuser des messages préventifs

L’alimentation est un sujet qui fédère, et permet de faire passer des messages de prévention. C’est pourquoi, tout au long de l’année, Emera multiplie les initiatives gastronomiques.
Les résidents participent régulièrement à des ateliers culinaires où ils mijotent des recettes.
Des food truck stationnent devant les établissements pour faire goûter les saveurs des hamburgers. Sans oublier la participation à la Semaine du goût, des dégustations en tout genre comme les galettes des rois ou des bières pour la Saint-Patrick, etc.

Le Challenge des Chefs EMERA s’inscrit aussi dans cet esprit. Le concours amical entre les chefs des résidences met à l’honneur l’offre de restauration haut de gamme du groupe Emera. Loin d’une liste à la Prévert, ces temps forts sont autant de façons d’éveiller leur sens et de titiller leurs papilles pour lutter contre la dénutrition.

Partager sur les réseaux sociaux

Recevoir la newsletter Emera


De lingère à aide-soignante, le parcours de Marie-Laure Dewattine

24/01/2023 Au coeur de notre métier Nos actualités

Marie-Laure est aide-soignante à la Résidence La Lorraine à Calais après avoir été lingère et ASH. Elle  nous explique  son parcours.

En savoir plus

De la fac de droit à infirmière coordinatrice, le parcours de Jessica Morel

04/01/2023 Au coeur de notre métier

Jessica a débuté comme ASH à la Résidence du Cap Blanc à Aurillac il y a 6 ans. Depuis, elle a évolué et est devenue infirmière coordinatrice.

En savoir plus

La formation, outil d’une carrière en mouvement

16/12/2022 Au coeur de notre métier

Le Groupe Emera mise sur la formation et son Académie pour répondre aux besoins des résidents et aux envies de progression de ses équipes en résidences. Décryptage avec Karine Renaux

En savoir plus

Parkinson : Patients et aidants, comment faire face à la maladie ?

04/11/2022 Au coeur de notre métier

275000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson en France. Le docteur Dr Christine Brefel-Courbon, neurologue et responsable du centre  expert Parkinson au CHU de Toulouse revient cette maladie.

En savoir plus

Inclusion : un trophée récompense l’engagement des équipes de la résidence Antoine de Bourbon

14/10/2022 Au coeur de notre métier Nos actualités

Pour en savoir plus sur l’accueil et l’engagement de nos équipes, découvrez l’article avec l’interview de Sandrine Szymkowiak, gouvernante à la résidence et d’Amandine Ehlinger, ASH

En savoir plus

Ehpad : « une culture de la prise en compte de la parole des seniors, c’est essentiel pour la confiance »

04/10/2022 Au coeur de notre métier

Interview de Valentine Trépied, sociologue spécialisée sur le vieillissement et chef de projet à la Haute Autorité de Santé.

En savoir plus